À CHACUN SES PRIORITÉS !…

Le mouvement social de janvier dernier, basé sur la légitime revendication des Personnels d’exercer leurs missions en TOUTE SÉCURITÉ, a permis d’obtenir l’engagement du gouvernement sur les aspects sécuritaires, sur un repositionnement du Personnel de surveillance en tant qu’acteur central et enfin une enveloppe indemnitaire de 35 millions d’euros. Qui, aujourd’hui, peut en dire autant ?…

La signature du relevé de conclusions par l’UFAP UNSa Justice a fait renaître les éternels insatisfaits et vu apparaître quelques « jusqu’aux boutistes » qui tentent, par tous les moyens, de jeter le spectre de la trahison sur notre Organisation Syndicale. Qui trahit qui ?… Celui qui signe pour obtenir et assumer ses responsabilités ou ceux qui refusent de signer pour fuir les leurs ?… Qui trahit qui ?… Le fidèle à son engagement ou ceux qui se renient ?…

L’UFAP UNSa Justice n’a jamais refusé le combat des idées. Au contraire, c’est le moteur même de l’action syndicale. Seulement, pour cela, faut-il encore avoir des adversaires à la hauteur !…

Quand on n’a ni idée, ni revendication réaliste, il ne reste, pour exister, que l’action… à condition d’être en mesure d’agir !… Il ne reste plus alors qu’aux attiseurs de frustrations, la démagogie et la raillerie d’un tavernier en faillite et revanchard !

Les brèves de comptoir sont en train de faire glisser dangereusement l’idéal syndical vers un populisme pénitentiaire !…

Aujourd’hui, une étape a été franchie à Saint-Martin de Ré : la délégation de l’UFAP UNSa Justice était attendue par une poignée de « pleutres » aux ordres, cachés derrière des banderoles !… Aujourd’hui, ce n’est plus notre Organisation syndicale qui est visée, ni son secrétaire général… ; mais l’homme et ses biens !

Une limite vient d’être transgressée, celle du respect de la personne humaine et de sa dignité !… Cette méthode porte un nom : celui de L’INTIMIDATION par la TERREUR et L’INCITATION à la HAINE !… Rien à envier à nos pensionnaires ou aux miliciens d’un autre temps…

Que dire du respect de la profession et de l’uniforme ?… Souiller notre tenue avec de la farine, des œufs… Comment envisager de donner les clés du camion à des radicalisés du désespoir pénitentiaire et de leur confier votre avenir ?

L’UFAP UNSa Justice est le défenseur d’un syndicalisme de progrès favorisant l’émancipation des Personnels pénitentiaire dans leur ensemble. Notre Organisation Syndicale n’est pas dans la domination, le dictatoriat d’un porteur de casquette à l’égo surdimensionné dont la seule préoccupation est l’image, son image : c’est la starisation du syndicalisme !… Le buzz, la gloriole éphémère ; l’action syndicale n’est pas de la télé-réalité !

Les « idiots » utiles de l’administration se veulent les sauveurs du peuple pénitentiaire, ils n’en sont que son fossoyeur !… Ce besoin de se mettre en scène et de s’exhiber n’est que la traduction de leur folie des grandeurs. Nous connaissons tous l’issue de la folie d’un petit caporal frustré de ne pas être et revanchard envers ses prédécesseurs !

Aujourd’hui, l’UFAP UNSa Justice est sa cible… Demain, ce sera VOUS !

Paris, le 07 juin 2018.
Pour l’UFAP UNSa Justice,
les Secrétaires Généraux


Voir le document :


Source : UFAP-UNSa Justice