Création d’un Corps à statut ministériel de Psychologues du ministère de la Justice

Ce jeudi 12 avril, une nouvelle réunion s’est tenue avec le Secrétariat Général sur la création d’un statut ministériel du Corps des Psychologues du ministère de la Justice. Il était donc question des suites à donner sur l’écriture du projet de décret. Cette réunion a une nouvelle mis en lumière quelques surprises de taille !...

En effet, au-delà d’une incompréhension sur la définition des missions, il existe une réelle volonté de la DAP relayée par le Secrétariat Général, d’écarter les Psychologues Cliniciens de la prise en charge des Agents pour y positionner exclusivement des Psychologues du Travail.

Les seuls arguments avancés par l’administration, sont basés sur la représentation que certains représentants de l’administration se font du travail du Psychologue Clinicien !... Cette position traduit un déni de toute l’architecture du dispositif mis en place depuis les années 90 au sein de l’administration pénitentiaire.

C’est méconnaître les réalités de terrain, les besoins exprimés par les Personnels ainsi que par les services déconcentrés, les compétences des Psychologues…

L’UNSa Justice défend le travail effectué par ces professionnels et revendique l’importance d’ouvrir ces postes tant aux Psychologues Cliniciens qu’aux Psychologues du Travail. Leurs approches et outils ne se substituent pas et sont complémentaires !...

Que font les responsables de la DAP dans la défense des intérêts des Agents et de leur prise en charge ?!...

S’il faut encore le rappeler, cette Institution et ses Personnels sont confrontés très régulièrement pour ne pas dire quotidiennement à des situations de violences potentiellement traumatiques. Ces situations ne peuvent être prises en charge que par des Psychologues Cliniciens.

Par conséquent, la 1ère Organisation Syndicale exige d’être entendue sur ce point fondamental dans l’intérêt de tous !...

Par ailleurs, l’administration persiste dans sa volonté de fongibilité entre les spécialités « Travail » et « Clinique » ; pointant par là même le paradoxe de leur discours !... C’est affligeant de constater le manque d’intérêt et de connaissance de cette profession, à travers notamment le paradigme de ses deux spécialités.

Le deuxième point dur, concerne les conditions d’intégration et de rémunération qui n’ont été que peu abordées.
Toutefois, au regard des premiers échanges, il reste du chemin à parcourir afin que nous puissions pour l’UNSa Justice s’accorder sur le sujet. Nous avons donc fixé nos prérequis afin de pouvoir avancer sur le volet rémunération et déroulement de carrière, car pour l’UNSa Justice, il ‘agit bien de parler de reconnaissance !...

Une nouvelle rencontre est donc prévue courant mai afin de cadrer une bonne fois pour toutes et principalement, la définition des missions, des acteurs, ainsi que la rémunération et le déroulé de carrière.

Pour l’UNSa Justice, l’objectif étant d’aboutir sur un projet viable et digne de l’investissement des Psychologues, qu’ils soient Cliniciens ou du Travail, avec une publication des textes pour la fin d’année.

Paris, le 12 avril 2018.
Pour l’UNSa Justice,
Le Secrétaire Général,
Jean-François Forget.